mythe 1

La méditation : solution à mes problèmes ?

Qu’est ce qui cloche chez moi ? Pourquoi je n’y arrive pas ?
Je suis mauvais ! Mon esprit est un incroyable bazar ?
Pourquoi les autres semblent-ils si à l’aise ?

Toute personne ayant déjà essayé la méditation ou quelque chose de nouveau : jouer de la guitare, faire du snowboard, devenir parent, ont expérimenté ces interrogations. Finalement cela mène souvent à cette cruelle conclusion : « Je ne m’y fais pas, ce n’est pas pour moi, j’abandonne ! »… C’est un véritable problème humain, nous aimons nous trouver des excuses avec des je suis « trop ceci » ou « pas assez cela », les adjectifs ne manquent pas : « distrait », « négatif », « dispersé », « stressé », « impatient »… et face à cela la méditation semble être la solution miracle.

En effet, on attribue à la méditation de nombreuses vertus : comme sa capacité à vider notre tête de toutes activités mentales en nous laissant libre, positif, sûr de soi et capable de profiter du moment présent. Comme un remède immédiat à tous nos soucis. Comme s’il suffisait d’attendre sur le coussin de méditation, l’ouverture de cette porte vers un autre monde, empli de bien-être et du bonheur…

Mais soyons réaliste, cela ne fonctionne pas comme ça, la méditation n’a pas de destination précise et fixe. Il s’agit plus d’une exploration de soi à travers un chemin personnel et le travail de l’esprit. A travers l’attention aux sensations d’abord, comme l’air caressant notre peau ou la délicieuse odeur s’échappant du four…, aux émotions ensuite, puis à nos schémas de pensées…

La curiosité ensuite, est une des clés de la méditation, observer les mouvements de l’esprit, s’en détacher, voilà ce qui est vraiment libérateur. Concevoir cela comme une source d’exercice quotidien et ne pas en attendre passivement quelque chose que l’on obtiendra certainement pas. Comme toute autre activité, l’entrainement est à l’origine des progrès, vous n’avez pas appris à marcher en un jour… Garder confiance et soyez patient : souvenez-vous que lorsque vous cuisinez quelque chose de nouveau, peut être au début vous aller faire chauffer trop fort et cela va brûler, cela ne veut pas dire que vous êtes condamné à rater ce plat, cela veut juste dire qu’il faut apprendre à ajuster la température. Et un jour vous ferez de la méditation une de vos délicieuses spécialités, dont vous régalerez votre esprit et votre entourage…

Bien sûr les bénéfices de la pratique sont réels mais gardons à l’esprit que les conditions d’accès et les améliorations concrètes résultent d’un travail régulier et dénué d’attentes, seul garant d’un détachement et d’une prise de recul satisfaisants.

Pour consulter l’article en PDF, cliquez ici

Article traduit et retravaillé par Mathilde Denis, à partir de Mindful Magazine.