Une rencontre parlementaire s’est tenue mardi 12 Décembre

2017 sur l’impact positif de la méditation de pleine conscience.

Pour la première fois en France et suite aux initiatives anglaises, hollandaises, des députés français et leurs collaborateurs ont participé mardi 12 décembre à une présentation de la méditation en pleine conscience par le psychiatre Christophe André.

« De plus en plus de députés s’interrogent sur la méditation qu’ils voient se généraliser dans les écoles de leurs enfants, les hôpitaux… Certains veulent s’assurer que ce n’est pas sectaire », explique le psychiatre Christophe André. Ce dernier était déjà intervenu devant une quinzaine de parlementaires en juin dernier.
Ils étaient mardi 12 décembre une cinquantaine à s’être inscrit à son intervention sur « l’impact positif de la méditation sur la santé et l’éducation ».

Christophe André était invité par les députés Delphine Batho (PS) et Pacôme Rupin (LREM).

Ces derniers, tous deux adeptes de la méditation, ont participé le 17 octobre dernier à Londres à une rencontre internationale de parlementaires consacrée à cette pratique. Depuis 2004, des séances de méditation sont en effet proposées au Parlement britannique. Une initiative que les deux élus français souhaitent importer à l’Assemblée nationale. Une séance hebdomadaire devrait prochainement y être proposée aux élus et à leurs collaborateurs.

« La méditation est recommandée pour les responsables politiques », estime le député Pacôme Rupin, diplômé de l’Université de Strasbourg en « méditation et neurosciences », qui proposait déjà des séances au siège d’En Marche pendant la campagne. « Un travail sur notre intériorité peut nous aider à prendre du recul et à mieux gérer des situations tendues. »

Le député de Paris souhaite lancer un programme d’apprentissage axé sur la réduction du stress et la gestion des émotions.

En Grande-Bretagne, un groupe parlementaire existe depuis 2013 à la Chambre des communes pour, en plus des séances de méditation proposées aux parlementaires, impulser des politiques publiques. « On peut imaginer travailler à sensibiliser et à promouvoir la méditation dans certains secteurs, avance Pacôme Rupin.
En particulier ceux dans lesquels les Britanniques ont déjà mesuré les impacts de cette pratique : l’école, l’hôpital, l’entreprise et la prison ».

Synthèse de l’article paru dans La croix le 12/12/2017
https://www.la-croix.com/France/Politique/deputes-veulent-apprendre-mediter-2017-12-12-1200898926

Plus d’infos sur http://www.initiativemindfulnessfrance.com/

D’autres articles sur le sujet
http://www.huffingtonpost.fr/2017/12/11/christophe-andre-va-faire-entrer-un-peu-de-meditation-a-lassemblee-nationale_a_23303844/
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/insolites/2017/12/12/25007-20171212ARTFIG00121-des-deputes-veulent-lancer-des-seances-de-meditation-a-l-assemblee.php

En anglais
https://www.mindful.org/worlds-first-international-congress-mindful-politicians/

Une émission de France Inter
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/t-as-vu-l-info/t-as-vu-l-info-l-assemblee-nationale-en-flagrant-delit-de-zenitude_2490001.html